Djene Dakonam, le parcours d’un infatigable combattant

Ce billet à été lu 14 fois

Djene Dakonam

Révélé au public sportif togolais lors d’un championnat universitaire, Djéne Ortega Dakonam a depuis tracé son chemin dans un premiers temps dans le championnat local avant d’éclore sur l’échiquier international. Du milieu à la défense centrale, il mettra depuis 2012 son expérience aux services des Eperviers. Après passé par le Cameroun, la Belgique ou encore le Bénin, l’international togolais a signé en Juillet 2017 dernier à Getafe Cf, un club promu en Liga (Espagne). Une nouvelle dimension dans sa carrière dessinée depuis Lomé que plusieurs observateurs du football qualifient d’une réussite. . Retour sur le parcours du défenseur togolais qui affole mercato cet été en Europe.

Né le 31 décembre 1991, comme plusieurs jeunes togolais de sa trempe, Djéne Dakonam rêvait et vivait football. Une ambition qui ne l’a pas pour autant éloigner d’un cursus scolaire universitaire remarquable. C’est ainsi qu’il s’est inscrit à l’Université de Lomé après son baccalauréat deuxième partie (BACII). Le natif de Dapaong s’est fait remarquer par  sa ténacité et sa rigueur sur les terrains de football. Ainsi, pendant les championnats universitaires de football, le jeune Dakonam a vu les projecteurs s’allumer sur lui. Vite les clubs de l’élite vont se renseigner auprès de l’entourage du joueur. C’est l’Etoile Filante de Lomé qui réussira à l’enrôler dans son effectif pour sa première expérience du haut niveau.

La réussite du silence             

Une fois la signature à l’Etoile Filante acquise, Djene Dakonam s’est mis au travail. Il n’a pas mis beaucoup de temps pour conquérir son monde. En 2008, il a éclaboussé le championnat de première division du Togo par son élégance et son intelligence dans le jeu. Conséquence, les clubs de la sous-région affluent au porte des dirigeants des Bleues de la capitale. C’est Tonnerre Abomey, un club béninois qui aura proposé une meilleure offre au jeune Dakonam. Au Bénin, le dossard 21 des Eperviers, a passé trois ans. Entre 2009 et 2011, il a connu l’adversité mais aussi des moments immenses qui ont forgé sa personnalité sur les pelouses béninoises.

Mais comme dans la suite logique des événements, il décide de quitter Abomey pour rejoindre Coton Sport de Garoua au Cameroun en 2011. Un club souvent présent dans les compétitions continentales en l’occurrence la Coupe de la Confédération et la League des Champions. Compétitions, qu’il a disputée avec le Coton Sport. Comme à l’accoutumée, Djene Dakonam impressionne. Il attise la convoitise des clubs européens. Mais la grande nouvelle de l’année 2012, c’est quand il a été appelé pour la première fois en équipe nationale. En ce moment, le Togo était engagée dans les éliminatoires de Coupe d’Afrique des Nations Afrique du Sud 2013. De retour en club après son premier cap avec la sélection, les clubs vont entrer dans le concret et proposent des essais au joueur. Ce chapitre l’amènera en France (Lens), en l’Allemagne et en Espagne pour des tests. Mais il n’a pas été retenu. Toutefois « le silencieux » reste confiant. « On a pris des contacts avec des clubs. On verra comment ça se passe », confiait le joueur une fois de retour à Garoua. L’optimisme est de mise.

Après six mois au Cameroun, l’international togolais s’est engagé en Liga Adelante (D2 espagnol) avec AD Alarcon. « J’ai travaillé dur, parce que si on me disait que je n’étais pas au niveau je devrais retourner dans mon pays », a confié Dakonam. Avec ce club, Djene Dakonam a joué 59 matchs entre 2014 et 2016. L’un des clubs historiques de la Liga, la Real Sociedad aura listé le joueur mais ne réussira pas à le faire signer. J’ai travaillé dur, parce que si on me disait que je n’étais pas au niveau je devrais retourner dans mon pays.

Ensuite, c’est en Jupiter League (D1 belge) que Dakonam, âgé alors de 25 ans va poser ses valises. Il a paraphé un contrat de 4 ans avec Saint-Trond. Dakonam. Au total, il a disputé 20 matchs avec les Jaunes. Encore une fois, le togolais a comblé les attentes placées en lui. Maintenant armé pour le très haut niveau, il a rejoint Getafe CF où il retrouve son ancien entraineur de AD Alarcon, Pepe Bordalas. Une réussite que le joueur a toujours ambitionnée avec un travail acharné dans l’ombre. « J’étais déjà sous le charme quand je l’ai connu. C’est un joueur qui devait encore s’adapter, mais j’ai vu en lui des qualités énormes. Il est compétitif. Il est attentif, il s’entraîne bien, il ne se plaint pas. Il fait partie de ces joueurs qui ne se mettent pas que les coach dans la poche mais aussi le public », soulignait son coach en novembre dernier.

Et justement en parlant de travail, la saison dernière Dakonam a montré des qualités physiques et techniques exceptionnelles. L’international togolais a joué 36 matchs et marqué un but. Il est clairement l’un des principaux artisans de la bonne première  de saison de son club. Ce qui lui a valu d’être parmi l’équipe type de la saison. Une belle promotion qui a attiré l’attention des clubs plus huppés.

Il affole le mercato

Djene Dakonam fait parler de lui depuis quelques semaines sur le marché des transferts. L’international togolais affolera encore plus le mercato d’Eté de cette année quand on sait que aujourd’hui derrière lui, il n’y a pas moins de quatre concurrents anglais et deux espagnols qui entendent voir Getafe leur céder leur révélation de la saison dernière. Au rang des clubs anglais qui souhaitent voir l’ancien défenseur du Coton Sport de Garoua arriver dans leur effectif, il y a les grand Arsenal et Tottenham, Leicester et West Ham. Alors que du côté espagnol c’est finalement l’Atletico Madrid et Séville qui sont à l’affût. En tout cas, tous six, ils connaissent le prix fixé par Getafe, 35 millions minimum. Au dernières nouvelles, c’est Leicester qui tiendrait fermement la corde.

Consécutivement à sa progression, l’international togolais a pris des galons en équipe nationale. Une percée qui lui confère un rôle de cadre. Puisqu’il porte également le brassard de capitaine quand l’occasion se présente.

L’infatigable de la sélection

Depuis sa première sélection avec les Eperviers 8 septembre 2012, contre le Gabon, Djene Dakonam a fait son trou. Aujourd’hui, il compte une trentaine de sélection à son actif. Les Togolais l’apprécient particulièrement pour sa capacité à mettre sous éteignoir son adversaire direct. Pourtant en sélection, l’homme évolue rarement à ses postes de prédilection à savoir arrière droit ou milieu défensif. Il est placé dans le couloir gauche de la défense. C’est à ce poste qu’il va se révéler à la Can en 2013. A l’aise des deux pieds, il n’a presque pas eu de mal pour s’imposer comme un titulaire inconstatable. Il était présent lors de la dernière Can avec le Togo. Djene Dakonam a toujours répondu présent quand l’équipe nationale a besoin de lui. Un amour pour la patrie qui ne passe inaperçue auprès des supporters. « J’aime beaucoup Djene pour ce qu’il fait pour le Togo. C’est un dur sur l’homme. C’est l’un de mes joueurs préféré », dixit Flavio, un supporter des Eperviers.

Le parcours de Djene Dakonam est plein d’enseignement dont les plus jeunes  qui aspirent se professionnaliser auraient la bonne idée de s’inspirer.

 

 

 

Attachment