Kalen DAMESSI :«Je travaille dans l’ombre pour revenir… »

Kalen DAMESSI :«Je travaille dans l’ombre pour revenir… »

Ce billet à été lu 2 861 fois

kalen Damessi 1Membre de l’effectif des Éperviers qui ont qualifié le Togo pour la CAN 2013 avant de réussir l’exploit historique d’une qualification aux ¼ de finales de cette compétition en 2013, Kalen Damessi a par la suite disparu de la sélection. Le jeune attaquant qui vient de montrer en National avec Concarneau, nous livre ici, ses ambitions pour la saison 2016-2017, ses envies de revenir en sélection nationale et les moments qui ont meublé son absence chez les Éperviers du Togo.

Global Sport : Peu après la CAN 2013, on a plus vu Kalen Damessi en sélection nationale. Qu’êtes-vous devenu?

Kalen Damessi : Bonjour, oui effectivement depuis ma dernière sélection contre la R.D Congo, peu de temps après notre retour de la

CAN 2013, je n’ai pas eu la chance de reporter les couleurs de mon pays. Mais depuis, j’ai connu à la fois des moments difficiles (une grave blessure à la cheville à la fin de la saison 2014/2015, d’autant plus que je me trouvais en fin de contrat avec le LOSC, ce qui a rendu difficile la recherche d’un nouveau contrat), mais aussi des moments de joie avec une montée en National cette année avec mon club de Concarneau, puis Dieu m’a fait la grâce de me marier et également celle d’avoir un fils qui a 2 ans aujourd’hui. Mais tout ceci avec dans un coin de ma tête au quotidien un retour en équipe nationale.

Vous venez de monter en National (D3), comment préparez-vous la saison à venir et avec quelles ambitions ?

Cette saison est très importante pour moi. Je découvre le National avec beaucoup de détermination, l’envie de réussir à m’imposer dans mon équipe et dans ce championnat. Car vous savez, ma grosse blessure à la cheville m’a handicapé une grosse partie de la saison dernière, raison pour laquelle je redouble d’effort avant, pendant et même après les entraînements, car seul le travail me permettra d’atteindre ce niveau de performance qui me rapprochera à nouveau des Éperviers.

Suivez-vous les nouvelles de la sélection nationale? Le Togo a un nouveau sélectionneur national, comment jugez-vous l’arrivée de Clau

Kalen Damessi à l'entrainement lors de la Can 2013 en Afrique du Sud

Kalen Damessi à l’entrainement lors de la Can 2013 en Afrique du Sud

de Le Roy au Togo?

Oui bien sûr que je suis, et je me dois de savoir ce qui se passe en équipe nationale, en particulier et plus généralement dans le football de mon pays. Depuis ma dernière sélection, deux coachs se sont succédés. Quand j’ai appris la nomination de Claude Le Roy, je me suis dit que l’équipe avait de la chance de pouvoir être dirigée par un grand Monsieur comme lui et ce serait une réelle opportunité pour moi d’apprendre, de continuer à évoluer et à progresser sous sa direction. J’ai d’autre part suivi l’élection du nouveau président de la Fédération, un homme très humble et compétent me semble-t-il. Je pense donc que ça ne peut être qu’un formidable duo pour l’équipe nationale et je serais honoré de travailler avec eux.

Vous croyez donc toujours à un retour en sélection nationale?

Comme j’ai pu le mentionner plus haut, Oui! Porter le maillot togolais est un plaisir et un honneur auquel on prend goût, surtout lorsqu’on a vécu et contribué à écrire l’histoire de la

sélection en accédant aux 1/4 de finales d’une CAN avec des gars extraordinaires. Et je suis encore jeune, et je sais que j’ai encore beaucoup à donner et à apporter à mon pays, car nos grand-frères vont bientôt laisser la place, surtout à mon poste, et on sait que le vide que Sheyi laissera sera difficile à combler mais j’ai envie de prouver que notre génération, nous les jeunes, avons les qualités requises pour relever ce défi.

Avez-vous toujours des contacts avec vos collègues en sélection nationale ?

Oui j’ai quelques fois des échanges avec Prince Ségbéfia, Bossou Vincent et Éza (le grand frère Améwu Comlan), on s’écrit de temps en temps pour savoir comment ça se passe dans nos clubs respectifs.

Votre dernier mot…

Tout d’abord merci pour cette interview, merci de me permettre de rappeler à mes frères togolais, mes fans, et aux supporter des Éperviers que je suis encore là, que je continue de travailler dans l’ombre, pour revenir plus fort et apporter, si Dieu le permet, à nouveau mon amour et mes qualités pour servir l’intérêt de notre sélection nationale, assez rapidement je l’espère..

Attachment