Interview du président de la FTF Col Guy AKPOVY : «…nous ne cédons pas à la pression du résultat immédiat… »

Interview du président de la FTF Col Guy AKPOVY : «…nous ne cédons pas à la pression du résultat immédiat… »

Ce billet à été lu 628 fois

Le Col Guy Akpovy, lors d'un entretien avec la presse.

Le Col Guy Akpovy, lors d’un entretien avec la presse.

Un peu plus de quatre mois après sa prise de fonction en tant que président de la fédération Togolaise de Football (FTF), le Col Guy Kossi Akpovy a accordé un entretien à la chaîne de télévision nationale, TVT. Un entretien publié sur le site de l’institution, www.ftftogo.com.

 

Monsieur le Président, comment se porte la FTF un peu plus de quatre mois après votre arrivée.

Col Guy AKPOVY : Tout d’abord, merci de nous offrir cette opportunité de nous exprimer sur l’état de notre institution. Pour ce qui concerne la santé de la FTF, je pense qu’il vous revient à vous journalistes, d’en juger.

Il vous suffira de vous rappeler l’état dans lequel nous avons trouvé le siège qui nous abrite, et de voir ce qu’il en est aujourd’hui.

Vous en jugerez également à travers les travaux effectués au Stade de Kégué.

Vous pouvez aussi en jugez à travers le renouveau de notre sélection nationale, le déroulement de la Coupe du 27 avril, l’état des relations entre d’une part, les membres et le Comité Exécutif et de l’autre, les relations entre les membres de la FTF.

Nous sommes aussi très attentifs à tout ce qui relève du socle du développement du football, comme la formation des éducateurs, l’appui aux centres de formation, les besoins du corps arbitral.

L’efficacité de notre administration et le dynamisme de notre communication, sont aussi des aspects du nouvel élan sous notre direction.

Mais on dit chez nous, qu’on ne danse pas et s’apprécier soi-même. Nous laissons donc le soin à d’autres de le faire. Ce qui est important, c’est ce qu’il nous reste à accomplir de la mission.

 

L’un de vos chantiers était l’équipe nationale. Cela s’est matérialisé avec le recrutement de Claude LE ROY . Pourquoi et comment se sont menées les discussions.

Nous avons senti très tôt qu’on avait besoin d’un technicien de haut niveau et d’une expérience éprouvée sur le continent, pour redonner vie à l’Equipe Nationale et aider à donner un souffle nouveau à l’ensemble des secteurs de l’administration et du développement de notre football. Ce constat a également été partagé par les autorités politiques.

Les discussions ont été menées par le Ministre des Sports, celui des Finances, celui du Travail et nous-même. Tout a commencé depuis Monastir lors de notre déplacement dans le cadre de la 4ème journée des éliminatoires de la CAN 2017. Nous avions eu une rencontre avec Monsieur Le Roy et à notre retour, tout est allé vite comme vous avez pu le constater.

 La CAN 2017 vous y croyez encore ? Comment appréciez-vous le jeu des Éperviers depuis l’arrivée du nouveau coach ?

Mathématiquement, une qualification est toujours possible même si nos chances tiennent sur un fil. J’ai récemment lancé un appel aux joueurs pour les remercier pour leurs prestations lors des matchs contre la Zambie à Lomé et contre le Liberia à Monrovia. Je les ai par la même occasion, conviés à ne pas relâcher et à jouer à fond la carte de la qualification. Cependant, notre priorité n’est pas la qualification pour la CAN 2017.

Nous visons davantage, la mise en place d’une sélection locale compétitive, la participation à la CAN 2019 avec des ambitions très élevées, l’engagement dans les compétitions internationales des sélections nationales dans toutes les catégories, sans oublier le football féminin…

Bien sûr que nous sommes tentés par une participation à la CAN 2017 et nous pensons que nous avons les arguments pour y aller et défendre honorablement les couleurs du Togo, mais nous ne cédons pas à la pression du résultat immédiat qui parfois fait occulter la nécessité de travailler sur un terme raisonnable.

En peu de temps, Claude Le Roy a changé l’état d’esprit des joueurs et leur façon de jouer. On prend à nouveau plaisir à voir jouer la sélection nationale qui est capable de remonter deux buts de retard à l’extérieur dans un contexte d’extrême hostilité. Ce travail va être amplifié avec le démarrage des compétitions nationales  ainsi que la tournée de la sélection locale dans les villes de l’intérieur pour dénicher des talents cachés.

Nous profiterons aussi des journées FIFA pour regrouper les joueurs en stages et disputer des matches amicaux.

Nous allons  travailler pour convaincre des joueurs comme Péniel Mlapa, Corentin Tolisso, Gilles Sunu et d’autres encore, pour renforcer la concurrence et offrir plus d’options au staff technique. Le challenge est d’autant plus excitant, qu’en peu de temps, nous avons l’impression d’avoir abattu un travail des années durant.

La discipline au sein de l’équipe nationale où, en sommes-nous avec le règlement intérieur ?

Un projet de règlement est disponible, nous allons en discuter avec notre ministère de tutelle avant son entrée en vigueur. Mais avant même sa mise à la disposition des joueurs, ces derniers ont librement adhéré aux règles de discipline que nous avons mises en place de concert avec Claude Le Roy, pour les regroupements de l’Equipe Nationale.

Je saisi d’ailleurs cette occasion pour remercier les joueurs pour le sérieux dont ils ont fait preuve lors du stage d’avant le match contre le Liberia. Nous avons toujours estimé que la discipline est un tout, il doit émaner du sens du devoir et de responsabilité du sommet, pour s’imposer tout naturellement à la base.

De toute évidence, nous serons inflexible sur cet aspect. Ne serait-ce que par respect pour nos concitoyens.

 L’autre problème c’est celui de l’équipementier. C’est qui l’habilleur de nos sélections ?

Le président de la FTf Guy Akpovy, remettant des équipements à Eric Johnson, président de l'association Swallows

Le président de la FTf Guy Akpovy, remettant des équipements à Eric Johnson, président de l’association Swallows

C’est PUMA qui habillait le Togo. Mais comme vous le savez, il y a eu beaucoup de problèmes dans le partenariat entre la FTF et PUMA, ce qui a provoqué un agacement de l’équipementier.

Nous avons la chance qu’un de nos compatriotes a lancé une ligne d’équipements sportifs, SERGIO. Il nous dépanne merveilleusement en attendant qu’une décision définitive soit prise. Car, nous sommes toujours en discussions avec d’autres équipementiers.

On avisera dans les plus brefs délais et dans l’intérêt exclusif du football togolais.

ELITSA a été récemment nommé Directeur Technique National. Quelle est la durée de son mandat et le contenu de son cahier de charge?

Sur ce plan aussi, nous avons hérité d’une situation des plus controversées. Un DTN a été recruté sans contrat, mais a exercé durant des années. Mais la FTF a besoin de disposer d’un DTN opérationnel aussi bien pour l’œuvre de développement du football que par conditionnalité de la FIFA pour bénéficier de ses programmes. Nous avons opté pour une solution probatoire de six mois, en attendant de faire une option définitive parmi les multiples alternatifs qui s’offrent à nous.

La mission du DTN est primordiale et importante. Il doit s’occuper de :

  • La formation et le perfectionnement des cadres techniques sur toute l’étendue du territoire ;
  • La création de dynamiques sportives multiformes, pour la constitution d’équipes nationales crédibles à tous les niveaux (cadets, juniors, seniors…) ;
  • La coordination des actions entre la FTF et les ligues de football, les acteurs du football corporatif, militaire, féminin, scolaire, universitaire… ;
  • La proposition de la nomination des entraîneurs nationaux ;
  • L’établissement du calendrier des compétitions des clubs et des équipes nationales ;
  • Le contrôle des programmes et activités des centres de formation.

 

Le public sportif togolais attend depuis l’annonce du chronogramme de la FTF. Pourquoi cela traîne ainsi?

S’il a été déjà adopté par le Comité Exécutif peut-on avoir la primeur ?

Sous quel format et avec quel nombre d’équipes se disputeront les prochains championnats ?

Le chronogramme des activités ainsi que le planning saison 2016-2017, sont adoptés par le Comité Exécutif en début de ce mois de juin. Nous avons attendu de le faire parvenir aux clubs et ligues de football, avant de communiquer dessus.

Le chronogramme comprend toutes les activités que la FTF va mener, que ce soit les compétitions ou les sessions de formation, de recyclage ou de sensibilisation.

Il y aussi un planning qui offre un aperçu des dates et périodes des compétitions nationales et internationales.

Ces deux documents permettront aux clubs ainsi qu’aux différents acteurs, de se situer et de faire la planification de leurs activités en conséquence.

Pour le nombre de club qui vont disputer les championnats D1 et D2, tout le monde sait la décision qui a été prise à la suite du travail effectué par le Comité ad ’hoc mis en place par le Gouvernement, à la demande des clubs et ligues de football membres de la FTF.

 

Attachment

Leave a Comment

(required)

(required)