La FTF redoute la situation sécuritaire en Tunisie

Ce billet à été lu 719 fois

Togo-Tunisie-Can-GlobalsportLa Fédération Togolaise de Football a officielle sollicité auprès de la Confédération Africaine de Football (CAF) la délocalisation du match Tunisie vs Togo de la 3e journée, comptant pour les Eliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations, Gabon 2017. Le Comité exécutif présidé par le Col Guy Akpovy, se dit préoccupé par la situation sécuritaire qui prévaut actuellement en Tunisie.

Les Eperviers du Togo sont   attendus le vendredi 25 mars 2016 à Monastir pour y affronter les Aigles de Carthage. Un déplacement qui est une source d’inquiétude pour la Fédération Togolaise de Football (FTF) au regard de la situation qui prévaut dans le pays depuis un certain moment, obligeant les autorités à renforcer les mesures sécuritaires. La Tunisie fait actuellement face à des attaques perpétrés par des terroristes.

« Les autorités togolaises sont préoccupées face à la recrudescence des attaques sur le territoire tunisien déjà en état d’urgence, à l’approche de cette confrontation », a indiqué Pierre Lamadokou, le Secrétaire Général de la FTF sur le site de l’institution.

Certes, la ville de Monastir désignée pour abriter cette rencontre, semble épargnée, mais la situation sécuritaire délétère du pays en ce moment reste une préoccupation majeure pour les autorités togolaises », a-t-il précisé.

Pour la FTF, rien n’est aussi dramatique et défavorisant que d’aller jouer un match en ayant la peur au ventre. C’est pourquoi, la FTF a demandé à la CAF d’évaluer la situation et si possible de délocaliser ce match dans l’intérêt des deux équipes nationales.

« Nous regrettons vivement la dégradation de la situation qui oblige l’État tunisien à prolonger l’État d’urgence et à déclarer +une guerre totale contre le terrorisme+, selon les propos du Premier ministre Habib Essid », a-t-il ajouté.

Le convoi de la sélection togolaise a été victime d’une fusillade en janvier 2010 à Cabinda, alors qu’elle se rendait en Angola pour y disputer la Coupe d’Afrique des nations. Cette attaque revendiquée par les rebelles du Flec, a fait deux morts et des blessés au sein de la délégation togolaise.

Attachment