Mathieu Dossèvi : «  Contre la Tunisie,nous avons des arguments pour … » 

Mathieu Dossèvi : «  Contre la Tunisie,nous avons des arguments pour … » 

Ce billet à été lu 1 687 fois

Mathieu Dossèvi,"l'arme fatale" du Standard de Liège

Mathieu Dossèvi, »l’arme fatale » du Standard de Liège

En Belgique, la presse sportive est unanime sur la bonne saison que réalise l’international milieu de terrain franco-togolais du Standard de Liège. Au-lendemain des matches, les qualificatifs abondent dans la presse sur les prestations de Mathieu Dossèvi. Mais c’est un joueur lucide et réservé que nous avons rencontré le jeudi 12 février à l’acédémie Robert Louis Dreyfus, centre d’entrainement du Standard de Liège.

Global Sport : Mathieu Dossèvi, malgré une bonne saison 2014-2015 couronnée par deux titres (championnat et coupe de la Grèce) avec l’Olympiakos, vous avez choisi de quitter la Grèce. Pourquoi avoir fait ce choix ?

Mathieu Dossèvi : C’est avant tout l’Olympiakos qui m’a fait partir en me faisant comprendre, qu’il avait plus besoin de mes services. Dans ces conditions, il était préférable pour moi de partir, sinon je risquais de me retrouver avec un temps de jeu réduit. Dans la foulée, j’ai eu l’opportunité de venir en Belgique et ça s’est fait.

Lille en Ligue 1, un championnat que vous connaissez bien, s’est également manifesté mais vous avez préféré venir en Belgique…

C’est vrai que Lille s’était manifesté mais il y avait rien de concret. J’ai alors préféré quelque chose de sure. Cela s’est fait au tout dernier moment. J’avais l’opportunité d’arriver dans un grand club belge. Pour moi, c’était vraiment le bon choix.

La presse sportive belge ne tarit pas d’éloges à propos de vos prestations. Est-ce qu’on peut dire que le style du championnat belge vous va mieux que celui de la Ligue 1 française ?

Non, j’arrive à une période de ma carrière où je suis peut-être un peu plus mature. J’ai de la réussite qui va avec. Je suis décisif pour mon club. C’est en tout cas un ensemble de choses qui font que ça se passe bien. Je travaille pour continuer sur cette lancée. Je suis content et épanoui dans ma vie ici.

Au mercato d’hiver vous avez eu le renfort de Valdes. Il se dit que vous n’avez pas beaucoup apprécié…

Non, mes propos ont été un peu mal interprétés par rapport à cette venue. J’avais juste pris un petit peu la défense de notre jeune gardien Guillaume Hubert, qui faisait un bon travail. J’avais trouvé un peu dommage de le remplacer en ce moment, là, mais après, tout le monde était également content de voir un grand gardien expérimenté de ce calibre avec nous. Il gagné tellement de choses et vécu tellement de choses que cela ne peut qu’être bénéfique pour nous.

Vous venez de vous qualifier pour la finale de la Coupe de Belgique. Mais en championnat, vous n’êtes encore pas sur le podium.

Non, ça va pas mal on marche bien en championnat aussi. Le problème c’est qu’on a connu un mauvais début. Cela fait qu’on lutte pour revenir dans ce top 6, c’est ce qui nous pénalise. Sinon, depuis trois, quatre mois, on a un rythme de champion. Mais voilà, on a pris énormément de retard au début et on est un peu à la traîne et chaque erreur nous fait descendre au classement, et c’est compliqué.

Quel est précisément l’objectif  du Standard de Liège par rapport au championnat cette saison ?

L’objectif c’est d’être dans les play-offs 1 et être européen à la fin de saison. C’est le principal objectif du club pour cette saison. Que ça passe par une victoire en coupe ou par une qualification par les play-offs, c’est pareil. Donc on va jouer cette finale à fond, batailler jusqu’au bout pour l’emporter.

En mars, deux gros matches vous attendent conte la Tunisie dans le cadre des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2017. Est-ce que vous parlez entre vous joueurs de ces échéances ? Comment préparez-vous ces matches ?

Non, on l’évoque pas trop entre nous joueurs, mais je pense que chacun de nous l’a un peu dans la tête. Cela reste un

Mathieu Dossèvi sous les couleurs de la sélection nationale.

Mathieu Dossèvi sous les couleurs de la sélection nationale.

objectif, c’est bientôt dans un mois. Il s’agit là de deux matches décisifs pour aller à cette Can. J’espère que tout sera réuni pour que nous ayons une bonne trêve internationale et que chaque joueur sera au mieux de sa forme pour réussir.

Vous le savez, vous êtes récent en sélection nationale mais vous y avez un rôle important. Est-ce que cela vous met davantage la pression au point d’avoir une préparation spécifique pour les matches en sélection nationale ?

Non, pas du tout je n’ai pas plus de pression que cela. Que je sois capitaine ou pas, je suis au service de l’équipe et de mon pays. J’essaie de donner le meilleur de moi-même et j’essaie d’être le meilleur. Je suis un joueur professionnel avant tout, et mon objectif c’est d’être le plus performant possible et de gagner à chaque match.

Connaissez-vous un peu l’équipe de la Tunisie ?

Vaguement, mais après je sais qu’ils ont de grands joueurs dans leur effectif. Cela ne sera pas un match facile. Je pense qu’ils sont favoris, mais nous de bien préparer ce match. Nous avons des arguments à faire valoir.  Nous avons les capacités de les embêter, encore une fois, à nous de bien préparer ce match pour le réussir.

Vous avez terminé deuxième meilleur joueur togolais en Europe par Togofootball Award pour la saison passée. Visez-vous la première place cette saison ? Cela vous sert-il de motivation supplémentaire ?

Non, je n’y pense pas vraiment. C’est vrai qu’en extra, c’est un bonus. C’est toujours très honorable d’avoir un titre de ce genre, mais cela reste secondaire. Je ne cherche pas la gloire particulièrement. Si les choses viennent d’elles-mêmes, si l’année prochaine je suis encore en lice, on verra. J’en serai bien fier, mais je n’en fais pas une préoccupation au quotidien.

Et votre frère Thomas Dossèvi ?

Mon grand frère est à Dunkerque en National. Il est actif et s’occupe aussi des jeunes de moins de 14 ans, qu’il entraine. Il a passé ses diplômes d’entraineur. Donc, il va bien. Il reste encore compétitif pour jouer au foot et en même temps, il commence par préparer doucement sa reconversion en se dirigeant vers un poste d’entraineur. Il verra encore cet été par un dernier challenge, s’il y a une possibilité et après, il verra. Sinon, il va très bien.

Un mot pour le public togolais qui suit de loin vos prestations avec le Standard et qui attend beaucoup de vous pour la qualification à la Can 2017…

Je remercie le public pour son soutien et ses encouragements. Je sais qu’ils sont derrière nous. Qu’ils suivent tous les joueurs globalement en Europe.Quand on voit à chaque fois comment ils sont contents quand on revient en sélection, cela montre bien qu’ils nous suivent et nous portent dans leur cœur. Et nous, nous allons nous battre pour porter le plus haut les couleurs du Togo et faire honneur à tous ses habitants.

Attachment