OL : Corentin Tolisso une perle franco-togolaise

Ce billet à été lu 5 719 fois

A 20 ans, le dossard 24 de l’Olympique Lyonnais met tout le monde d’accord sur son talent. Son père Vincent Tolisso qui voulait le voir devenir un technocrate, ne rêve désormais pour lui que d’une grande carrière de footballeur.
 
Au sein de la communauté togolaise à Lyon, Corentin Tolisso (Photo) représente une fierté. « Cette année, l’OL évolue avec de nombreux jeunes dont Corentin. Pour nous Togolais et supporters du club, c’est une fierté particulière », souligne Bijou Améga-Rondier, elle-même génitrice d’un international U20 français en Rugby.
 
Agé seulement de 20 ans, Corentin Tolisso a fait sa première apparition en Ligue 1 le 13 août 2013. Polyvalent, le jeune et athlétique joueur (1,81 m) a suscité la frayeur du Stade Vélodrome de Marseille, avec un coup de tête bien maitrisée par Steve Mandanda vers la fin de la rencontre (29ème journée). Le genre d’action par lequel, le jeune milieu de terrain lyonnais a permis à son club de l’emporter à la 94ème minute sur les Girondins de Bordeaux lors de la 28ème journée de Ligue 1 (2-1).
 
 « J’étais aussi heureux le jour où mon fils a eu son bac que quand il a signé son premier contrat pro », confie Vincent Tolisso le père d’origine togolaise. Corentin Tolisso, déjà aligné 8 fois en Ligue 1, est l’une des surprises de la saison lyonnaise. Il était jusqu’ici surtout connu pour avoir porté enfant le maillot de L’Arbresle, la ville natale de son entraîneur et de son président. « Ce qu’il fait aujourd’hui est remarquable, cela démontre son envie de réussir », constate Armand Garrido, l’un de ses premiers formateurs, qui avoue que « la voie n’était pas toute tracée ».

Pour en arriver là, Corentin Tolisso a dû surmonter une opération du ménisque à 17 ans. Dans un vestiaire, le garçon est décrit par l’entraîneur adjoint Bruno Génésio comme « discret, mature pour son âge et malin ». « C’est un bon coéquipier et un garçon qui sait se faire respecter », complète Roche.

Nabil Fékir, qui venait de lui frotter les chevilles d’un peu trop près au cours d’un entraînement cet hiver, en a fait les frais sur le duel suivant. Les deux joueurs avaient d’ailleurs été renvoyés au vestiaire prématurément. A la fin de la séance, Tolisso attendait tout penaud pour s’excuser auprès du staff. Bon élève, le garçon a obtenu son bac ES avec mention assez bien en juin dernier.

« La priorité a toujours été l’école, parce que le football est éphémère et plein d’incertitudes, rappelle son père, d’origine togolaise. Il m’avait promis d’avoir son bac. Le football l’a aussi aidé à être bon à l’école, parce que c’était la carotte… » Cette saison, Corentin Tolisso a mis la fac de côté pour se consacrer à son rêve, que son père résume ainsi : « Faire une grande carrière de footballeur. »
Corentin Tolisso est actuellement espoir en équipe de France.

Attachment

1 Comment