Congrès électif de la FTF : Vers l’exclusion de Gabriel Améyi de la course

Ce billet à été lu 628 fois

Tino ADJETEY

Tino ADJETEY

Après l’ancien président de la Fédération Togolaise de Football (FTF) Tata Adaglo Avlessi, c’est au tour du 1er vice président démissionnaire du bureau actuel Tino Adjétey, de saisir la FIFA aux fins d’obtenir des conditions d’organisation d’une élection transparente.

Pour l’instant, aucune date n’est avancée dans la perspective de la tenue du congrès électif de la FTF. Aux termes des statuts, cette échéance devrait avoir lieu au plus tard au mois de novembre 2014, qui consacrera la fin du mandat de l’actuel bureau exécutif, présidé par Gabriel Améyi. Un président qui à en croire les charges soulevées contre lui dans une correspondance adressée par son ancien 14er vice-président, devrait logiquement être exclu de la course, si la FIFA tient à faire respecter ses règles.

Dans sa correspondance adressée ce 15 septembre 2015 au Secrétaire général de la FIFA Jérôme Walcke, demande « la constitution d’une Commission électorale indépendante par la FIFA pour raison de Crise profonde et de Transgressions répétées des Statuts de la FTF ». Le 1er vice-président démissionnaire fonde sa requête sur un éventail de violations des règles statutaires et une situation de récidive dommageable au football togolais.

Formé par la FIFA sur les fondements de ses statuts, le candidat à la présidence de la FIFA à la tête de la liste « Foot Ethique », cite une douzaine de dispositions des statuts de la FTF et du code éthique de la FIFA. Absence de tenue du congrès annuel,   absence d’organe indépendant de vérification de comptes, non approbation des activités, déficit dans l’organisation des championnats, et pour couronner tout, la mauvaise gestion des fonds qui a été sanctionnée par le retrait de signature à Gabriel Améyi.

« Vous comprendrez pourquoi, tout le long de son mandat qui s’achève prochainement, le 4 novembre 2014, M. Gabriel Ameyi n’a nullement répondu aux obligations statutaires de la FTF (articles 27. 1 et 28.2.h à l), encore moins aux attentes légitimes des acteurs du football togolais », souligne Tino Adjétey, qui rappelle que le Code Éthique de la FIFA prévoit de sanctionner, clairement, dans toutes les circonstances.

En faveur d’une commission électorale

D’ailleurs, les Statuts de la FTF pour lesquels M. Gabriel Ameyi n’a jamais eu du respect n’autorisent même plus l’intéressé à prétendre exercer la responsabilité de président. L’article 33.4 de ces Statuts stipulent explicitement que : « Les candidats aux postes du Bureau Exécutif doivent être âgés de 35 ans au moins et 70 ans au plus, avoir été dirigeant d’un club de football, d’une ligue ou d’une association membre de la FTF pendant au moins quatre (04) ans ; ou s’être distingué dans les activités sportives à un haut niveau. Ils doivent avoir un casier judiciaire vierge. Ils ne doivent pas avoir été reconnus coupables ou complices d’actes ou de comportements ayant porté atteinte à l’image du football togolais».

« Pour notre part, nous souhaiterions que la FIFA, en tant qu’institution de recours, forme une Commission électorale indépendante afin de garantir la crédibilité des prochaines élections à la FTF, comme ce fut le cas à des moments cruciaux du football togolais », souligne Tino Adjétey dans sa lettre au moment où Gabriel Améyi est accusé d’avoir planifié l’échec des Eperviers du Togo, lors des deux premières journées des éliminatoires de la CAN 2015.

Statutairement, le mandat de l’actuel bureau exécutif de la FT6F prend fin le 04 novembre 2015.